Les brèches du Temps se sont ouvertes, l'Histoire n'est plus la même. Les personnalités de toutes les générations sont sorties de l'ombre... Quelle sera leur destinée en ce Monde ? [...] Forum RPG, 15 lignes minimum requises.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Dim 22 Nov - 22:48

J'avais l'impression que les quelques mètres qui me séparaient de ma cabine, que j'avais choisi au pif soit disant passant, était les plus longs de ma vie. Je suis exténuer, lessiver. Je te jure Edith, tu recommence et, là, j'essaye vraiment de te tuer. Je l'entends grogner, aurait-elle perdu sa langue ? Je glousse comme une bagasse toute seule dans le couloir. Lui rabattre le caquet m'avait fait un bien fou. Je rentre enfin dans mon nouveau chez moi. Mathilde avait raison, c'est petit. Un peu moins que la moitié de ma chambre d'avant. Heureusement que je n'avais pas emmené une valise, sa n'aurait pas tenu. J'ouvre l'armoire à moitié incruster dans le mur, rien a l'intérieur bien sur. Au moins j'ai l'électricité, on est sur un bateau, dans le pire des cas j'aurais put m'éclairer à la bougie. Je regarde le bureau, simple mais fabriquer dans un beau bois. Je pose mes flacons de poison ou remède, au choix, et mes crochets. Je m'étire comme un chat, sa fait du bien de se poser enfin quelque part. Tout est en bois, en même temps les résistants n'ont pas intérêt à attirer l'intention, mais tout est chaleureux pour que la personne à l'intérieur se sente bien. Il vaudra comme même que je redécore un peu, sa ne serait pas de trop ! J'enlève tous mes habits, n'en ayant pas de rechange. De toute façon normalement personne ne doit venir dans ma chambre non ? Alors que je dorme nu ou pas. Je met mon poignard à côté de mon oreiller et me couche, enfin, la literie est blanche mais sent bon et est fraîche. Je m'endors presque immédiatement. En ayant qu'une pensé, celui ou celle qui s'avisera de me réveiller ne repartira pas de ma chambre sans un bon avertissement, sa veut dire une jolie estafilade que je me ferais une choix de leur infliger.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Jeu 26 Nov - 16:36

David descendit les escaliers du pont avec rapidité mais discrétion et se rapprocha de la cabine de la nouvelle. Mathilde lui avait demandé de la réveiller et de lui expliquer en gros comment les choses se déroulaient sur Le Belladona. Il n'était pas pressé d'en finir avec la jeune furie, comme avait dit Mathilde, mais plutôt serein, car lui n'était pas présent lors de l'arrivée de Camille de Saint-Brilleux, et il n'avait pas assisté au soit-disant massacre. Bien que, juste après, il eu observé de plus près la jolie plaie d'Antoine le cuistot, et il l'avait trouvé bien amoché. Il regrettait quelque peu de ne pas avoir été là, lui la force tranquille, et d'avoir accepté la course du capitaine Mathilde qui était d'aller chercher le camion de provision en ville, laquelle était d'ailleurs réduite à un village de terre battue avec de drôles de voitures style années 50.

* Et pendant que tu transportais tes cagettes de viande salée, un homme se faisait tuer. Mais le seul truc dont tu te rappelles, ce sont des voitures en acier avec des portières immondes et dorées dans un milieu aussi pauvre.
- Je n'y suis pour rien si cette furie était sur le voilier-goélette au moment où j'étais absent !
- N'empêche que, ce à quoi tu sers habituellement, tu n'as pas pu le faire puisque tu n'étais pas là. Et que, quand tu y es, il ne se passe jamais rien, constata simplement Léonard.
- Évidemment, remarqua judicieusement David. Puisque je suis là pour régler les problèmes.

Léonard de Vinci, camouflé à l'étroit dans sa petite tête, aurait été assez fatigant pour un homme normalement constitué : étant un réel génie, ses pensées débordaient de tous les côtés et il était d'un lunatique étonnant. Mais David, calme et posé dans sa tête, zen dans sa peau, savait habilement canaliser les énergies et les idées de Léonard, à la plus grande honte de ce dernier qui échouait lamentablement à conserver lui-même ses propres idées de génie parfait. Et David, ce péquenaud riche héritier d'une famille noble, comment donc pouvait-il arriver à ceci avec autant d'aisance ? D'un certain côté, Léonard s'en fichait : au moins, il se débarrassait de ses tourments d'intelligence, et pouvait se reposer. Et David, dans leur esprit commun tout comme dans la vraie vie, savait mieux que personne comment gérer les gens, les calmer, ou au contraire les exciter. Il était le genre d'homme que l'on utilise pour s'occuper des fous, de la foule en général, et des dérangés. Il pouvait chuchoter ses ordres, on lui obéissait quand même. C'était quelque chose qui, d'ailleurs, intriguait réellement Mathilde Baudelaire, laquelle ne pouvait pas s'empêcher d'utiliser grands renforts de gestes et de cris sévères pour parvenir à ses fins. Ce qui, somme toute, fonctionnait aussi bien.

* D'ailleurs, qu'est-ce que tu pourrais bien expliquer à cette jeunette ?
- Camille de Saint-Brilleux ? Je vais lui faire visiter le bateau, mais d'abord je vais lui expliquer rapidement les quelques règles sur Le Belladona, et aussi lui demander deux trois infos sur ses capacités. Les généraux ont besoin de savoir à quoi elle peut servir, pour lui donner une mission... Si ça trouve, elle peut être espionne, et je recherche une partenaire, parce que la dernière m'a lâché. Soit disant je suis trop discret.
- Tu es trop discret, mon gars. La petite fleur, elle était raide amoureuse de toi, et tu ne pouvais pas t'empêcher de lui dire que la seule femme que tu voulais épouser, c'était la Résistance. Alors, s'il te plaît, comme technique de drague, c'est pas le mieux.
- Elle était moche ! protesta David. Je n'avais aucune raison de lui faire la cour.
- En plus, à cause de moi, on échange nos vocabulaires, c'est n'importe quoi. Et figure-toi qu'elle était très jolie, juste que tu ne la voyais pas, c'est tout. *

David sourit niaisement, se ravisa, puis toqua d'une main ferme mais douce à la porte d'une cabine sur laquelle était inscrit "Cabine d'Ardance, interdiction d'entrer, danger de mort". Avec un froncement de sourcils, il songea qu'après l'évènement de la veille sur le pont, rares devaient être les marins à oser risquer leur vie.

- Camille de Saint-Brilleux ? Je peux entrer ?

Et sans plus de retenue, il ouvrit la porte, posant sa main large mais souple sur la poignée, et poussa délicatement le battant. Il entra, referma doucement derrière lui, et constata que la jeune furie, si elle s'était réveillée hier au soir pour cuisiner, s'était apparemment recouchée et dormait comme un loir. Il dénicha un tabouret bancal sous la minuscule table de cabine et s'assit, attendant patiemment son réveil. Elle était étendue sur son lit, la couette remontée jusqu'au menton, et semblait tellement paisible qu'il se demanda comment elle avait bien pu blesser Antoine, qui était pourtant un fier gaillard aux muscles plus qu'existants : David y avait déjà tâté, un jour, lorsqu'il l'avait retenu pour empêcher une bagarre. Il avait réussi à la maintenir, mais ce n'avait pas été sans quelques hématomes bien bleus.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.


Dernière édition par David de Montreuil le Ven 27 Nov - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 12:04

-Camille de Saint-Brilleux ? Je peux rentrer ?

Voici ce qui me réveilla ce matin et même si cet intrus avait une voix des plus agréable, je suis légèrement énervé. J'ouvre un œil, il est assis devant moi, sur ma chaise plus exactement. Oh mes dites moi c'est qu'il est plutôt pas mal dans son genre. Mathilde est vraiment trop gentille avec moi, je devrais la remercier.
Pourquoi il est là ce type ?
Aucune idée, il a entendu qu'une jolie jeune fille dormait ici ?
Mouais je ne pense pas, il a peut-être entendu ton exploit avec ce matelot non ? Enfin bref je commence à me demander pourquoi Mathilde t'a accepté.
Je n'en sais rien et je n'ai pas envie de le savoir !
Je me redresse et m'étire, la vache j'ai mal au dos aujourd'hui. Pourquoi ? Je saute du lit et laisse échapper un gémissement de douleur, depuis une semaine j'ai laissé mon entraînement de côté pour arriver sur ce fichu bateau et comme d'habitude toute mes vieilles blessures se réveillent. J'allume la lumière et me place devant le miroir, ma cicatrice au ventre est un peu rouge et m'assaille d'une douleur diffuse dans le ventre, je me retourne et regarde celle de mon dos, je grimace, elle est carrément boursoufflé. Quelle merde, je vais devoir me reprendre.
J'aimerais comme même te préciser que tu te trimballe à poil devant un mec ma jolie et surtout tu veux bien m'expliquer pour tes cicatrices te font mal alors qu'elles sont censé être soigné ?
De un, si ça le gênais que je sois devant lui toute nue il serait déjà partie, de deux mes blessures n'ont jamais été complètement soigné parce que je me vois mal arriver à l'hôpital avec une blessure dans le dos profonde d'au moins 4 cm en leur disant que je suis tombé dans les escaliers. Je peux t'assurer que j'ai failli mourir plus d'un fois mais la fois où j'en était le plus proche c'est surement celle là.
Edith ne répond rien mais je sens que sa la gêne de voir mes cicatrices. Je soupire et me dirige vers mes habits, il va falloir que je descende en acheter ou en demander a une autre fille du bateau. Je tressaillis quand le tissus passa sur mes balafres, ça fait un mal de chien. Je m'accroche les cheveux et me retourne enfin vers mon invité surprise. Il n'a pas bronché pendant tout mon manège on dirait, impressionnant, certains assassin devrait prendre exemple sur lui.

- Qu'est ce que tu fais ici ? Quelle est ton nom ? Je suis un peu fatigué là et dans ces moments je perd facilement mon calme donc j'ai pas très envie de me faire engueuler pour une autre connerie que j'aurais put faire. Alors tu m'explique pendant que je fais mes assouplissement. Je commence vraiment a me dégonflé sur ce bateau.

Je commence à tirer sur mes jambes, mes muscles ne répondent pas très bien, je me répète mais : quelle merde ! Sa commence un peu à se détendre, et je glisse en écart faciale sans me presser. Je ne tire pas trop, ok sa va un peu mieux. Je m'allonge ventre contre terre et bras le plus loin possible, je grimace, là sa fait un peu plus mal et dire qu'il y a à peine deux semaines je le faisais sans broncher. J'attends quelques secondes que la douleur passe, je me relève et pour tester la souplesse de mon dos, prend appuie sur le mur, saute en salto avant pour retomber sur mes deux jambes. La douleur qui irradie tout mon corps, me coupe le souffle et je suis obliger de m'assoir sur mon lit.
Tu pourrais peut-être faire plus attention non ? Si tu ne peux pas, tu ne peux pas !
C'est la première fois que sa m'arrive Edith, d'habitude un peu d'assouplissement et hop ! C'est repartis !
Fais toi examiner par un vrai médecin.
Je regarde l'homme qui est toujours dans la pièce, je ne sais pas ce qu'il veut me dire mais quelque chose est sure, si ce qu'il dit est déplaisant je ne pourrais pas me défendre. D'ailleurs je me demande si j'en serais capable devant un gosse de 8 ans, ça m'étonnerais fort. Je suis pas douer, je me suis laissé aller et voilà maintenant où sa me mène.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 15:34

David observa la jeune furie se réveiller avec lenteur et bâiller ostensiblement. Elle était même carrément jolie, et il ne détacha pas son regard de sa peau blanche laissée entièrement à découvert car, en effet, elle était... totalement nue. Il ne dit pourtant pas un mot, ne baissa pas la tête pour rougir ou se cacher, et lui sourit simplement, tandis qu'elle se regardait dans le petit miroir de la cabine, miroir qui était d'ailleurs le plus petit possible, de manière à être de moins en moins cassable, les marins étant extrêmement superstitieux. Alors qu'elle se retournait pour observer son dos, David vit une énorme balafre d'où s'échappait du pus et une énorme puanteur. Si la jeune Résistant ne se détourna toujours pas, sagement immobile sur son tabouret, il ne put s'empêcher de songer avec amertume à la souffrance que devait endosser la malheureuse. Sûrement devait-elle avoir très mal, et elle ne le cacha d'ailleurs pas en grimaçant, car la cicatrice purulente devait aussi la tirer.

* Au lieu de la mater, mon petit gars, tu ferais mieux de lui suggérer des pommades.
- Dis que ça ne te plaît pas de la regarder et je fais tes cent mille volontés.
- Le mensonge est tentant.
- Mais ce serait un mensonge, et donc ça ne fonctionnerait pas.
- Je me rends. N'empêche, elle doit avoir super mal...
- Je l'emmènerai voir le médecin à bord, c'est un ancien chirurgien, et il est calé pour tout ce qui appartient au domaine de la science.
- Le vieux barbu ? Beurk, qu'il est laid cet homme.
- Tu as bien été un vieux barbu aussi, toi, non ?
- C'était il y a bien longtemps, gamin, c'est une époque révolue. *

David sourit discrètement, si discrètement d'ailleurs que cela ne se remarqua nullement, et il joignit les mains sur ses genoux comme s'il s'apprenait à se lever, chose qu'il ne fit pas pour autant. la jeune furie, qui était justement le contraire du furie mais plutôt une jeune et jolie femme blessée, faisait ses assouplissements après s'être habillée, et elle portait ses vêtements de la veille, car le jeune homme n'aperçut aucune valise, aucun baluchon, aucun sac. Juste des flacons sombres et sales sur la table de chevet, ainsi qu'un poignard effilé aux pieds du petit lit. Aurait-ce été une nomade ? David en doutait, mais pourquoi pas. Et, avec de pareils compagnons de voyage ressemblant à des armes, c'était aussi sûrement une assassin. Mais qu'importe ! Son rôle n'était pas de l'espionner, ou que très légèrement, et sa mission sur Le Belladona n'était pas la même que sur terre.

* Au lieu de rêver, elle t'a posé des questions, grand nigaud. Tu vas lui répondre, oui ou non ?
- Quand elle aura terminé ses assouplissements. On ne fait jamais deux choses à la fois quand on a tout le temps du monde.
- Qui t'a dit que tu l'avais ?
- Moi. *

Léonard de Vinci n'y trouva rien à répondre, et dans le fond il se fichait bien de trouver une réponse. Il était le genre de vieillard fatigué par la vie qui se laisse aller aux divagations entre deux théorèmes et n'a pas le temps de philosopher, ou du moins sur des choses inutiles. David de Montreuil, plus patient que la patience elle-même, attendit gentiment que la jeune femme ait fini son travail de gymnastique, et ce moment arriva bien plus tôt que prévu : à bout de souffle, épuisée, elle finit pas tomber sur son lit, complètement morte de fatigue. David se redressa d'un millième de millimètre.

- Je vais commencer par la deuxième question tu veux bien ? entonna-t-il d'une voix suave et douce, envoûtante, mais totalement involontaire. Je suis David de Montreuil, et en moi, c'est Nanard. A savoir, Léonard de Vinci, mais il ne sert à rien. Comme tu dois t'en douter, ma présence ici révèle de mon appartenance à la Résistance. Si tu parles de ma présence dans ta cabine, et bien j'ai été envoyé par Mathilde, non pas pour te reprocher quoi que ce soit, mais pour t'enseigner rapidement les quelques règles du Belladona, et pour te former à ta future en mission. Les généraux ne savent pas vraiment quoi faire de toi, mais tu parais très bonne combattante, et tu pourrais accompagner un des espions du coin dans ses travaux. Une sorte de... partenaire.

* Garde du corps aurait été plus juste, remarqua Léonard de Vinci.
- Faux. Tu n'as toujours pas compris que les espions savent se défendre tout seuls ? Tu as besoin de quelques souvenirs pour raviver ta mémoire ?
- Non merci, sans façon *, déclina le revenant avec politesse.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 16:27

Je le regardais droit dans les yeux, ce jeune homme, David, il ne veut pas que je lui obéisse il veut que je devienne sa partenaire. Ce mot me renvoie 8 ans en arrière. Law qui arrive devant moi, je suis prête à me jeter sur lui, je ressemblait à une vrai sauvageonne à cette époque, il était devant moi et il me dit calmement "j'ai entendu parler de toi et j'ai besoin d'une partenaire, voudrais tu l'être ?". De retour dans le présent, un léger sourire flotte sur mes lèvres, pourquoi toute les personnes que je rencontre lui ressemble. D'abord Mathilde, qui veut juste qu'on lui obéisse et ne veut que le bien de ses hommes et ensuite David, calme et zen surement douer pour tous ce qui touche à espionnage au vu de sa position et de ses réactions. Il essaye de mon sonder, je le remarque. Je fronce les sourcils, où a-t-il apprit tous ce qu'il sait, il est doué et je ne me lancerais pas à me combattre contre lui sans une solide raison. Tout son corps le clame haut et fort.
Tu n'as pas décidé de jouer avec lui au moins ?
Edith depuis je ne sais combien de temps je n'ai plus joué, ça me manque mais je crois que je vais éviter de le tuer. Je l'aime bien.
Tu ne le connais même pas !
Et alors ? On va dire que la première impression a tout fait.
Je me lève et me dirige vers le bureau, il a l'air d'être patient je vais donc prendre mon temps, je me déplace sans difficulté et avec discrétion malgré la douleur qui continue d'irradier dans mon dos. Je prends tous mes poisons et remèdes qui était sur la table et les remet dans mon protège coude. Entre temps j'avais déjà glisser mon poignard dans son étui au niveau de ma ceinture.
Je m'installe par terre en tailleur, j'arrive mieux à réfléchir dans cette position, et utilise comme accoudoir pour ma tête le lit derrière moi. Je replonge mes yeux dans les siens, j'en suis sure que pendant la conversation il va essayer de savoir ce que je cache. Voyons si je suis plus douer que lui.

- Je t'ai entendu m'appeler Camille tout a l'heure, si tu peux me supporter et que tu veux toujours que je sois ta partenaire alors je préfère que tu m'appelle Ardance. Le prénom que mes parents m'ont donné n'a aucun sens pour moi. Pas la peine de me parler des règles, je ferrais exprès de ne pas en tenir compte juste pour embêter Mathilde. Tes supérieurs veulent savoir mes capacité ? Je respire un grand coup, bizarrement je n'ai pas très envie d'en parler mais il faut bien, je n'ai pas très envie d'être inutile. Je suis surtout axer sur les armes blanches et les arts martiaux, je maîtrise le taekwondo, je suis experte en Kendo mais malheureusement je n'ai pas pu aller chercher mon katana chez moi ou je ne les pas voulut mais bref je sais tirer au fusil à lunette et pour les missions qui requièrent une arme à feu j'utilise de petit silencieux. Je n'aime pas les grosses mitraillettes sa me bousille l'épaule plus qu'autre chose. Avant l'arriver j'étais assassin, de 10 ans à 15 ans j'ai fait un apprentissage complet et depuis je fais des contrats en tous genre, j'ai 18 ans depuis quelque mois. Je suis aussi doué pour le vol et j'ai déjà fait des missions d'espionnage. Sa te va comme réponse ?
Tu viens de dévoiler toute ta vie en gros là ?
Mouais on peut dire ça, je ne vois pas qu'est ce que j'ai à perdre. Je suis une assassin et alors ?
Déjà que tu n'avais pas beaucoup d'amis avant.

Je dit alors à David sur un ton taquin :

- Se n'est pas que tu me dérange mais j'aimerais bien me soigner la jolis cicatrice que tu as du voir, alors à moins que tu veuille me passer mon remède sur le dos, j'aimerais bien que tu aille voir ailleurs ?

Je penche la tête sur le côté et lui montre la porte, je suis plutôt de bonne humeur malgré tout.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 17:31

David attendit patiemment que la jeune femme range ses affaires, dont les flacons qui ressemblaient fortement à des poisons, et son poignard, qu'elle glissa habilement dans son vêtement. Et une fois cela fait, alors que David n'avait pas bougé depuis sa courte tirade, elle s'assit en tailleur par terre, confortablement installée, et renversa la tête sur le lit, soulageant ainsi sa nuque et ses omoplates après de durs étirements.

* Arrête de la regarder comme ça. Si elle savait à quoi tu pensais, je suis sûre qu'elle t'aurait déjà enfoncé un beau poignard entre les deux poumons.
- Mmh... peut-être. Mais elle ne sait pas à quoi je pense.
- Moi si, en tous cas, et c'est assez... gênant, si tu vois ce que je veux dire.
- Nanard, tu payais des prostituées, à ton époque, non ? Ben moi, je paie personne, je me contente de rêver des aimables demoiselles. Je ne vois pas en quoi c'est toi qui est gêné, alors que j'assiste dans tes pensées à des évènements... particulièrement déplaisants, marmonna David tandis qu'il examinait les souvenirs de son colocataire corporel.
- Mais ! protesta Léonard de Vinci avec un accent tel que David l'imagina rougir. Elle était belle, celle-là !
- Tu as des goûts de chiottes, mon pauvre. *

Puis, alors que David discutait avec Léonard de Vinci sans même que cela soit visible sur son visage, ni même dans son expression ou sa tenue, la jeune furie étrangement calme commença un court monologue dans lequel elle déballa toute sa vie, et apparemment, elle ne devait pas faire ça très souvent. Elle n'oublia rien, certes, en passant des armes qu'elle utilisait le mieux et le plus facilement, en parlant aussi des disciplines qu'elle avait étudiées et qu'elle maîtrisait aujourd'hui. David de Montreuil songea que cette femme-là, elle n'était pas du genre à se laisser faire, et qu'elle avait déjà tué bien plus de personnes qu'un assassin normal. Une sorte de routine s'était faite en elle, et maintenant elle assumait parfaitement, comme si les nouvelles conditions de la terre permettait tous les gestes... David regretta amèrement cette pensée. Car aujourd'hui, en effet, tout était permis... N'était-ce pas pour ceci qu'il s'était engagé dans la Résistance dès la début ?

* Alors, tu en penses quoi, de la jolie demoiselle, maintenant ?
- J'en pense que c'est horrible, aussi peu de sagesse. Mais j'ai mes idées, elle a les siennes, et je suppose qu'elles ne se rapprochent pas forcément là où on le pense.
- Tu continues à l'apprécier ?
- Bon sang, Nanard, je ne la connais pas ! Je ne peux pas l'apprécier si je ne sais pas qui elle est !
- Elle vient pourtant de te le dire : une assassin qui sait tout faire ou presque.
- Elle m'a dit ce qu'elle était. Pas qui elle était.
- Quelle subtile nuance ! Ah, baratin ! C'est seulement une folle avec de beaux yeux, gamin.
- Je ne dis pas le contraire. Je dis juste que nous devrions attendre de la connaître davantage avant d'avoir des aprioris. Dis, je croyais que tu étais un génie ! Tu devrais réfléchir avant de dire des bêtises.
- J'ai réfléchi, petit. Beaucoup plus vite que toi, c'est pour ça que je sais déjà.
- Chut. Tais-toi avant que ça ne devienne catastrophique. *

La jeune femme semblait avoir fini son monologue, et elle regardait maintenant David avec de petits yeux perçants, comme si elle voulait savoir qui il était, lui aussi. Quel homme avait pu faire ce qu'il avait fait ? La regarder s'éveiller, lui parler, obtenir d'elle des réponses, et surtout, aucun poignard ? C'était jusqu'alors un record, elle ne l'avait pas encore tué, bizarrement. Comme si le seuil de la mort n'avait pas encore été dépassé, et que le jeune noble pouvait se permettre de continuer sur sa lancée.

- Je veux que tu sois ma partenaire ? Camille, tu fais fausse route. Je t'ai parlé des espions du coin, crois-moi il y en a pas mal. Je suis seulement venu pour te former, moi. Ne va surtout rien t'imaginer. De plus, ce sont les généraux qui magouillent les couples, et seule Mathilde a droit de Veto en fonction des affinités de chacun. Maintenant, pour les règles, je ne suis pas venu te demander de les respecter. Je dois juste te les enseigner, autrement dit te les faire connaître. C'est tout.

Mais elle avait aussi envie de soigner sa plaie, et David n'avait reçu aucun ordre à ce propos. Il sourit lentement et hocha la tête, mais au lieu de sortir et de quitter la cabine comme elle le lui avait demandé, il se contenta de se redresser encore un peu, calant cette fois son dos contre le mur derrière lui, s'installant confortablement comme s'il avait décidé de faire une petite sieste.

- Je suis sensé t'apprendre pas mal de choses, et on ne sait jamais si tu comptes aller te balader ensuite en passant par le hublot une fois que je serais sorti... Non, ne proteste pas, moi-même j'aurais été capable de pareille chose, alors ce n'est rien. Pour une assassin comme toi, ça n'aurait pas demandé plus qu'un simple assouplissement. Et ensuite, si tu pars te promener, on aura jamais terminé. Alors vas-y, mets ton remède sur ta plaie, je t'attends. Mais un conseil : à ta place, j'irais voir le médecin du Belladona. Je n'insinue pas que ta crème ou quoi que ce soit ne soit pas efficace, mais le chirurgien que nous avons ici fait de réelles merveilles, et tu irais beaucoup mieux, beaucoup plus vite.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 18:20

Toujours aussi calme, toujours aussi zen il avait dit sa tirade d'un ton sans réplique comme sil il avait l'habitude que lui obéisse. Je savais comment éviter les attaques de ce genre de personne, il était habile et pensait que je ne l'attaquerais pas. Il le savais, je pouvais lui envoyer mon poignard dans la poitrine, son ventre et il ne remarquerait qu'au moment fatidique. Pourtant il restait décontracter, cet homme est bizarre.
Je croyais que tu l'aimais bien ?
Je t'aime bien Edith alors que tu es une chieuse, alors tu sais un de moins un de plus.
Grrr.. Bref ton chevalier servant te dit que se serait mieux d'aller chez un chirurgien. Tu vas y allez hein ?
Non j'aime pas les médecins. La seule fois que j'ai couché avec un type de cette profession, j'en ai un mauvais souvenir. Pour te dire j'hésitais à le tuer pendant l'acte.
Tu es horrible.
Si Edith aurait été dans un corps en ce moment, elle serait au bord de la nausée. Je me lève et m'approche, malgré ses airs d'ange ce type ne pas l'air très réglo. Et quelque chose me dit qu'il est entrain de penser à des choses pas très catholique. Je me penche sur lui et continue de le sonder du regard. Je souris il est doué, je ne remarque rien de spéciale, je n'aime pas trop cacher mes émotions celle qui sont en surface mais celle qui sont profonde personne ne les a jamais vu et avec ce que je lui est dit, ce type croit me connaître. Ne serait-il pas un poil prétentieux. Il faudrait qu'il fasse gaffe, je vais avoir envie de le pousser à bout si il continue comme ça. Je n'ai pas jouer depuis des mois et j'ai bien envie de recommencer, David sera un adversaire à ma hauteur.
Heu... Ardance tu ne veux comme même pas jouer à la Veuve noire avec lui ! Rassure moi, tu ne veux pas faire ça !
T'inquiète Edith, il fait parti de la Résistance je ne vais pas le tuer, en plus sa serait du gâchis, avec un aussi jolis minois je m'en voudrait.
Je me redresse de toute ma taille, ok avec 1 mètre 58 je ne vais pas loin mais passons, je le toise avec un lueur d'amusement dans le regard.

- Tu serais capable sans aucun état d'âme de me mettre en couple avec un espion après ce que je viens de dire, je serais capable de l'égorger juste parce que je trouve qu'il est trop lent à la détente. Les règles j'ai dit que sa ne servait à rien, je n'ai pas envie de les écouter point. Et mon coco si tu veux te rendre utile au lieu de te rincer tu n'a cas me le mettre mon remède, sa m'évitera de me contorsionner, sache que c'est avec ça que votre matelot, Antoine, va beaucoup mieux. Et c'est aussi grâce à ce même remède que je suis encore en vie aujourd'hui alors ton médecin il peut aller voir ailleurs. De toute façon je ne les jamais aimer. Je perd mon sourire pour lui dire d'une voie tranchante. Malgré mes paroles je ne tue pas sans raison, la plus pars c'est par des contrats et malgré ce que tu penses nous n'acceptons pas de tuer n'importe qui. J'ai fait un contrat un jour, j'ai tuer une personne soupçonner d'avoir kidnapper une petite fille. Grâce à sa mort, la police à put rentrer dans le domicile, ils ont retrouver la petite qui était encore vivante mais d'après certains indices il n'allait pas tarder à la tuer. J'ai toujours vécu dans la rue, les autres personnes morte ou gravement blesser sont celle qui avait des intention non catholique sur ma personne. Tu crois que je me fiche de la vie des gens mais quand on est assassin on comprend mieux la signification de la mort, on sent le souffle de notre victime s'arrêter, on voit sa vie s'envoler de son corps. Peu de personne peuvent dire qu'elles ont vu se spectacle sans avoir envie de vomir ou alors terminer folle. La première fois que j'ai tuer j'ai vomi et après ça ne m'est plus arriver. Je fais mon travail c'est tout.

Sans m'en rendre compte mes yeux c'était durcit au fur et à mesure, je retrouvai un regard normal et me remit par terre en tailleur. Voyons quelle réaction allait-il avoir. Ce qui est sur c'est que si elle est calme j'aillais péter un câble.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 27 Nov - 21:13

David de Montreuil ne cilla pas quand la jeune femme se rapprocha de lui, comme si elle essayait de lire en lui, comme si elle voulait savoir à quoi il pensait, pourquoi, comment... En clair, elle aurait aimé tout savoir sur lui, pourquoi il était là, qu'est-ce qu'il lui voulait, et pourquoi est-ce qu'elle ne l'avait pas encore tué, qu'est-ce qui faisait que son poignard demeurait inutile ? Franchement, avec un individu aussi désespérément calme, aussi dangereusement silencieux et immobile, pourquoi cet imbécile de poignard ne s'était-il pas fichu tout seul dans la poitrine large de l'homme ? Pourquoi ? Parce que David était David, et ce n'était pas pour rien que Mathilde l'avait envoyé lui dans la cabine de la folle Ardance :
1) parce qu'il était le seul volontaire, autrement dit tous les autres flippaient leur race,
2) parce que lui seul était capable de rester calme en toutes circonstances, même proche de la mort sûrement,
3) et dernièrement parce qu'il était un sujet d'étude intéressant qu'Ardance ne tuerait pas tout de suite, contrairement à certaines autre âmes normales et sans réelle valeur aux yeux des scientifiques.
Bien sûr, David de Montreuil avait accepté de venir ici, mais il avait pour mission de tout expliquer à la jeune femme à propos de la Résistance et du bateau, chose qu'il souhaitait vraiment finir d'accomplir, ou même commencer tout court, parce que les gens inutiles dans la Résistance ou obéissant mal aux ordres car refusant de les écouter, ils étaient virés, tout simplement. Ce n'était pas par méchanceté, mais par efficacité : c'était la guerre, et à la guerre les armées se doivent d'être un minimum disciplinées. Bien sûr certaines règles sont toujours transgressées, et les généraux le savent puisque eux aussi ne les respectent pas, mais d'autres sont essentielles au bon fonctionnement de chaque chose. Ardance avait intérêt à assimiler cette base de vérités.

* Tu te casses la tête pour rien, mon gars. Tu crois franchement qu'elle va t'écouter plus longtemps ? Elle s'en fout de toi.
- Je ne veux pas qu'elle ait un quelconque intérêt envers moi, Léonard. Je ne me casse pas non plus la tête. Je raisonne simplement, je cherche des solutions, et je me dis qu'elle doit se montrer plus coopérative. Seulement, si tu faisais davantage attention aux détails, tu verrais qu'elle réfléchit beaucoup, en vérité, et je suis sûre que les règles, même si je ne les dis pas, elle en respectera les plus importantes. Mathilde la dit furie, je la pense plutôt... enragée vis à vis des autres. Elle doit cacher une haine profonde de l'humanité, pas réellement misanthrope mais réaliste, dégoûtée des hommes pour leurs mauvaises actions, et du coup elle doit se dire que ça n'a plus la même importance. Cette fille est une gosse qu'on a ravagé, et qu'on a ensuite réparée, en recollant les morceaux. Manque de pot, celui qui a fait ça était un assassin. Ou peut-être, chance énorme ? Car après tout, si ça avait été un homme de Dieu, elle l'aurait sûrement envoyé baladé, même petite. Tu comprends, Léonard ? demanda enfin David après avoir fait bouillir ses neurones.
- Tu crois vraiment qu'elle est une assassin pour se venger du mal qu'on lui a fait ?
- Ce n'est pas tout à fait ça, mais en résumé... oui.
- Tu es vraiment un gros malade, toi. Arrête de penser des choses aussi débiles. Les génies peuvent se permettre de penser, parce qu'il songent à des choses intelligentes, tui vois. Des trucs qui révolutionnent l'humanité. Mais toi, franchement, tu ne feras pas fortune dans ce milieu, abandonne tout de suite. Pourquoi, tu voulais faire psychologue, quand tu étais petit ?
- Tu ne sais même pas ce que veut dire ce mot, Nanard... soupira David.
- Oserais-tu me traiter d'inculte ? Moi, Léonard de Vinci ? Celui qui a dessiné la Joconde ? Répète un peu pour voir ?
- Je n'ai pas dit inculte, j'ai pensé ignorant. Même si, au final, c'est du pareil au même. Et si tu veux bien, on s'éloigne du sujet principal, autrement dit Ardance.
- Ouais. C'est ça. Parle du sujet qui fâche encore plus. Vas-y, règle-lui son compte.
- C'est elle, l'assassin, Léonard, pas moi.
- Ouais, je sais, c'était un trait d'humour *, maugréa le revenant avec une sorte de lassitude.

Ardance se leva, regarda David dans le droit des yeux, et ses pupilles eurent l'air de se contracter, de se rétrécir, comme si elle fixait un point tellement précis sur le visage du jeune homme qu'il fallait le montrer dans ses propres yeux. David ne bougea pas, aussi parfaitement immobile qu'une statue, et il écouta ses paroles avec une sorte de... insaisissabilité sereine. Comme si ce qu'elle disait le pénétrait profondément mais tombait dans un puits sans fond. Il percevait chaque consonance des mots, chaque relief des syllabes, et comprenait le sens de chaque phrase, qu'il gravait une à une dans son esprit. Et pourtant, la voix de la jeune furie s'évanouissait en lui comme de la fumée. Comme de la simple vapeur d'eau.

- Ne parle pas d'Antoine, Camille, dit enfin David quand la jeune femme eut reprit place par terre, en tailleur, et il l'appela par son vrai prénom pour signaler sa non-obéissance... il n'était pas à ses ordres à elle, et elle ferait mieux de l'assimiler tout de suite. Tu l'as blessé, et de cette façon tu étais obligée de le guérir. Je ne parle pas d'obligations vis à vis des Résistants. Mais d'obligations vis à vis de toi-même. Ne nie pas. Écoute-moi juste finir mes phrases, et prends cette requête comme un service que tu rends à ta conscience, d'accord. Je ne parle pas d'Edith Piaf, mais de toi. Tu dis que je crois certaines choses, comme que tu tues sans raison ou que tu t'en fiches, mais jamais je n'ai prononcé pareille chose. Jamais je ne l'ai pensé. Demande à Léonard si tu as besoin d'une confirmation, il a une voix étrangement très différente de la mienne, et non je ne suis pas ventriloque. Je crois seulement, en revenant au sujet de départ, que tu tues pour évacuer les vies que tu n'as pas eues. Je ne pense pas que tu sois mauvaise, ou bien que tu aies de réelles envies de meurtre pour assouvir une seule soif de sang. Mais je sais, profondément en moi, que la violence et la mort ne résolvent rien. Strictement rien. Cet homme, qui lui-même allait tuer une fillette, était un homme mauvais. Il méritait la mort. Mais en le tuant toi, tu es devenue aussi mauvaise que lui. Tu crois que c'était un bon geste. Oui. Mais toi, tu t'es noircie toute seule. Tu peux me tuer sur le champ, Camille, et tu auras la simple raison que je suis un homme aux idées peut-être peu catholiques, ou peut-être parce que je te donne des ordres. Vas-y. Tue-moi. Le feras-tu ? J'en doute. Ce n'est pas de la prétention, non, détrompe-toi, c'est une certitude que tu me feras durer un peu plus longtemps. Dans ce cas, pourquoi ne m'as-tu pas encore assassiné ? Ton regard dur et froid n'ouvre pas les barrières de ma raison, Camille, il les brise. Tout comme tu brises les vies. Ce n'est pas mal pour eux. Certains n'ont rien demandé, dans ce cas ça l'est, mais une fois qu'ils sont partis, c'est fini. Ils ne peuvent plus rien regretter, ils deviennent néant. Or toi, toi qui restes, c'est ton âme à toi qui devient noire et qui assume toutes ces pertes. C'est toi qui endosses les malheurs, une fois qu'ils s'en sont allés. Et lorsque tu brises ces vies, Camille, lorsque tu t'en empares, ce n'est pas du dégoût. C'est seulement un acte de plus en plus mauvais qui rend ton âme et ton esprit sales. C'est tout. Alors, tu vas me croire ou non, mais c'est une guerre contre la mort que j'entame moi. Je veux voir ce monde revenir à la normale, mais je veux aussi que la paix règne enfin sur cette Terre. Les malheureuses des rues ne doivent pas se mettre à tuer pour des contrats de riches qui, pendant ce temps-là, gardent les mains propres. Le souffle de tes victimes, c'est une nouvelle tache sur ton cœur, Camille.

Il marqua énormément la prononciation du dernier mot, son prénom, car il adorait les résonances de ce prénom. David se tut un instant, il essaya de mesurer l'impact de ses paroles sur la jeune femme. Soit elle comprenait le message qu'il tentait de faire passer, soit elle ignorait tout de A à Z.

* Je pencherai plutôt pour la deuxième solution.
- Que tu es pessimiste, Léonard ! Vois un peu la vie du bon côté !
- Après un monologue aussi déprimant, c'est assez dur, je trouve. *

- Acceptes-tu de m'écouter encore un peu et de mieux nous connaître, nous les Résistants, à travers moi ? Penses-tu que tu pourrais devenir ma partenaire d'espionnage, demanda-t-il en marquant un certain temps d'arrêt... Ardance ?

C'était la première fois qu'il l'appelait par son nom d'adoption, celui que Law, son deuxième père, lui avait donné. Il avait une réelle valeur symbolique pour elle, il en était certain.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Sam 28 Nov - 17:36

Je le regardais quelques seconde et sans me retenir j'éclatai de rire. Outch mon ventre.
Tu sais, ils vont vraiment finir pas croire que tu est folle si ça continue comme ça !
Et alors je m'en contre balance, ce type est carrément hilarant. Même si c'est surement le premier à me parler ainsi, tu sais Edith j'ai vraiment l'impression qu'il y a quelqu'un d'autre que toi dans mon corps et que, lui, il est là depuis ma naissance.
Et qu'est ce qu'il représenterait pour toi ?
ça serait ma colère et mes coups de sang tiens.
Je finis par me calmer, j'avais les larmes aux yeux tellement j'avais rit, ça faisait longtemps. David était le deuxième à me faire avouer autant de chose sur moi, Law avait été le premier mais lui il avait du attendre des mois. Lui en quelques mots il avait réussi la où tant de personne avait déjà échouer. Pendant mon adolescence Law m'avait emmener chez un psy, il m'avait avoué qu'il s'en voulait de m'avoir enrôle dans ce milieu, je lui avait dit que je m'en fichait, il avait insister. Le pauvre psy devait être aujourd'hui en asile de fou tellement je les fais chier et que la thérapie ce n'est pas moi qui la passait mais lui. Les yeux sont le miroir d'une âme, il renvoie ce que l'on pense au plus profond de soi. Parfois j'apercevais une réponse à mes questions dans le fond de son regard et j'étais heureuse. David est impossible à sonder, ses yeux ne renvoient rien, serait-il vide ? Je le plein alors. Je plante mes yeux dans les siens et commence à parler calmement comme apaiser :

- Tu dis de mon âme qu'elle est noire et sale pourtant je rêve toujours, ton idée de monde meilleurs et en paix combien de fois en ai-je parler et pensé, alors que j'avais 9 ans une bande de copain et moi on avait refait le monde en 30 minutes. On avait trouvé ça drôle et c'était un peu partie en live. L'un d'eux voulait devenir docteur alors qu'il n'était jamais aller à l'école. Quand j'étais gamine la seule chose qui m'importais c'était que quelqu'un m'accepte comme je suis. La plus part des bandes je les est quitté parce qu'elle voulait que j'obéisse aux autres. L'une des seules bandes où je me sentais bien j'ai été obliger de partir. On avait tous entre 5 et 10 ans et malheureusement ils sont tous mort de maladie. Je suis partie ne me demandant comment j'avais fais pour survivre. En faite dans mon métier certains se demandent comment je fais pour être toujours en vie, l'un des missions se passait en Afghanistan, Law ne voulait pas que j'y aille mais les commanditaires étaient formel, j'aurais put dire non mais j'ai accepter c'était mon choix. Je suis revenu avec 1 balle dans le bras et 2 dans ma jambe droite, je n'avais jamais vu Law aussi inquiet. La-bas j'ai vu des choses horrible et pourtant je crois toujours qu'un jour les hommes arriveront à arrêter de s'entretuer quitte à toujours en tuer plus, un village a été sauvé grâce à moi. C'est vrai que ce n'est pas vraiment ce qu'il faut faire mais tout le monde n'est pas comme toi. Je me sourire franchement. Tu as un don assez impressionnant, seule Law avait réussi à me faire cracher autant de chose sur moi même et encore c'était de mauvaise grâce, toi c'est avec le sourire que je te dis tous ça. Tu sais quand je t'écoute j'ai l'impression que tu crois que c'est ce qui met arriver qui m'a conduite a devenir comme je suis mais j'ai toujours choisi ce que je voulais faire. A 5 ans j'ai choisi d'écouter un adulte pour apprendre à lire et à écrire, à 6 ans je n'ai pas écouter mon père qui voulait que je me suicide avec ma mère et lui, à 10 ans au lieu d'attaquer Law et de m'enfuir j'ai choisi de l'accompagner pour devenir sa partenaire ; à 15 ans j'ai choisie de tuer pour mon premier contrat. Ma vie n'est qu'une succession de choix que j'ai décidé, j'ai passer ma vie à jouer et dans se jeu je me suis toujours senti bien, peut-être qu'au fond je voulais rester un petite fille mais j'ai toujours avancer la tête haute avec mes idées et mon caractère. Malgré se qu'on pourrait penser si je suis rentrer dans la Résistance c'est par un choix et je ne reviens jamais sur mes choix, même si mon apparence et certaine de mes paroles ne s'y prête pas je serai surement plus loyal que vous ne le penser, je serais juste un peu borné et personnel sur les bords mais jamais je ne voudrais compromettre une mission. Je ne sais pas si j'ai répondu à tes questions mais j'espère que je t'aurais un peu éclairer.

Je le regarde toujours, la c'est clair ce type à un sacré pouvoir sur moi et je sens que sa ne va pas être simple de rester avec lui mais je ferais avec comme toujours.
Bin dit donc tu sais que tu m'effraie presque !
Je t'effraie déjà Edith, je t'effraie déjà.
Tout compte fais je ne les pas attaquer. Je vais vraiment me ramollir à sont contact, c'est clair et net.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Lun 30 Nov - 17:41

David ne s'attendait pas à ce genre de réaction, pourtant il ne lui fit pas part de sa surprise et garda son étonnement pour lui, conservant son attitude sereine et paisible sans l'ombre d'un mouvement. Pourquoi donc riait-elle ? Léonard de Vinci, tapi au fond de sa tête, affichait un air de fanfaron, tout fier de lui, car il aurait parié sur sa Mona Lisa que la jeune furie n'aurait jamais réagi comme une personne normale. Non, franchement, ça aurait été rabaisser son originalité et sa perspicacité.

* Tu vois, je te l'avais dit, elle se fiche de toi et elle n'en a rien à faire ! Na !
- Léonard, enfin, elle n'a pas encore dit un mot.
- Tu crois que ça vaut la peine de parler ? Tout ce qu'il y avait à dire, c'est dit. Regarde-la rire comme une écervelée.
- Tu deviens injurieux, Léonard.
- Alors ça gamin, crois-moi, je m'en fiche, elle ne m'entend pas. Tu peux même lui répéter, elle n'en a rien à faire de tout ce que tu lui racontes.
- Léonard... Tu es irrécupérable.
- Je sais, je sais... Que comptes-tu faire, désormais ? A ta place, je me cacherais.
- Manque de pot, tu ne l'es pas, ou du moins pas en ce moment-même car nous avons un marché je te le rappelle, et tu as intérêt à te tenir à carreau si tu veux retourner d'où tu viens.
- En parlant de ça, finalement, je me sens bien ici... Tu crois que je pourrais rester, tout compte fait ?
- Quoi ? Dans ma tête ? Mais Nanard, tu pers la boule !
- Moi ? Non, pas du tout, c'est juste que je me plais ici, avec toi. Si, quand j'étais vivant, j'avais eu l'occasion de me sentir moins seul...
- Oui bien sûr, moi aussi j'aime bien que tu sois là, mais admets que ce n'est pas normal et que c'est pour cette raison que nous sommes dans la Résistance, Nanard ! Aurais-tu oublié ?
- Non, gamin, je ne perds pas la mémoire, pas encore. C'est que... je t'aime beaucoup, tu sais.
- Je prends le compliment. Mais je ne tiens pas à te garder toute ma vie dans ma tête.
- Dommage. *

David secoua la tête imperceptiblement, de manière à ce que l'esprit se taise un peu, mais de façon également à ce que la jeune Camille de Saint-Brilleux ne le voie pas. Elle s'arrêta de rire, et commença à lui parler... lui parler... lui parler... Elle passait donc son temps à raconter toute sa vie, cette fille ? Pour quelqu'un qui n'était en théorie pas bavard, c'était vraiment raté, comme entrée en scène ! Pourtant il l'écouta, du début à la fin, et ne bougea pas une seule seconde, comme s'il était mort ou statufié. Les seuls signes de sa vie étaient ses cils, qui battaient à intervalle réguliers contre ses yeux, ainsi que sa poitrine qui se soulevait lentement dans des laps de temps beaucoup plus longs. Une fois que la jeune femme eut terminé, David se leva, de toute sa hauteur, et cette fois il la surplombait. Mais entre eux, il n'y avait aucune relation de supériorité-infériorité. C'est comme si les choix vers la haine de la furie avait rétabli l'équilibre avec la paix tranquille de l'espion.

- Je prends ceci pour un oui, soupira enfin David de Montreuil après un certain temps d'arrêt. Maintenant que les choses sont claires, file-moi ce fichu remède que je t'en tartine le dos, tu es horrible.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mar 1 Déc - 18:55

Pas de réponse en monologue c'est bon je l'ai convaincu.
C'est pas trop tôt, dit moi tu es sur que tu ne l'a pas plutôt endormie ?
Non il m'a répondu sa veut dire que je n'étais pas trop ennuyeuse.
Mouaif, en attendant tu lui a vraiment raconter que des parties minimes et sans importance, d'après tes souvenirs tu en avais des plus concret et beaucoup plus disuasif.

Edith, j'ai dit qu'il arrivait à me faire parler je n'ai pas dit qu'il arrivait a me faire avouer les choses que je n'ai pas envie de dévoualer.
Je me retourne sans un mot et enlève mon T-shirt, sa fonctionne beaucoup moins bien si il y a du tissus entre le remède et la blessure évidemant, mon dieu sa fait mal cette connerie.
Et ba ouai fallait pas être assassin tu n'aurais pas eu cette jolie entaille.
Il y a des gens qui se font beaucoup plus mal et ils ne sont pas forcémment assassin tu sais.
Je me met à réfléchir, ok c'est bon je suis "officiellement" une Résistante mais je n'ai pas vraiment envie de ne faire que espionner, je déteste ne servir à rien. Je pourrais rester en cuisine à mes heures perdue mais sa risque de vite m'ennuyer. Dans quoi je pourrais aider ?
Tu es une vraie brute, tu n'a cas apprendre tes techniques à d'autre brute.
Tu es fier de ton idée ? Enfin ça a le mérite d'être intérressant.
Je me penche un peu sur la question, j'ai vu ce qu'était capable de faire Antoine. Et j'ai vu à quoi ressemble les autres matelots, se sont tous des armoires à glace ou presque, et surtout il arrive à se déplacer avec agiliter même par mauvais temps avec leur corpulence on y croirait pas trop. Il on l'air rapide mais pendant mon combat j'ai remarqué le manque de précision dans les coups. La garde était bonne mais certaine ouverture était plus que voyante. Bref contre les lourdaux des Partisans ils font l'affaire mais malheureusement ils ont beaucoup de risque de se faire blesser, avouer que devant des sous-fifres ça fait désordre je trouve. Maintenant si je veux les entraîner il faut qu'ils est confiance en moi et quelque chose me dit qu'ils n'ont aucunement envie de faire copain copain avec moi.

- Dit-moi David, est-ce que vous avez quelqu'un pour maintenir en forme tous se beau monde. Si non je veux bien m'en occuper, par contre les matelots, bizarement, n'ont pas confiance en moi. J'aimerais voir la capacité de chacun d'eux mais ils risquent de ne pas être compréhensif si c'est moi qui parle. Tu voudrais bien m'aider ?

Pourquoi tu lui demande à lui ?
Mon intuition me dit que tout le monde l'aime bien.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mer 2 Déc - 17:10

La jeune furie enleva son T-shirt et David attrapa d'une main le remède qu'elle semblait avoir posé en évidence sur son bureau. Ce ne devait pas être pour rien, et l'homme en conclut que c'était sa solution miracle... miracle qui, d'ailleurs, avait intérêt à marcher, parce que vu l'état de son dos et de son entaille, Ardance ne semblait pas au meilleur de sa forme. Il ouvrit le flacon d'une seule main avec le pouce et l'index, tandis que celui-ci reposait sur sa paume. Avant de n'oser l'étaler sur la dos de la malheureuse blessée, David huma le remède en portant le goulot du flacon à ses narines. Étrangement, par rapport à la couleur du liquide poisseux, ça sentait vraiment bon. Mais il n'avait pas un flair très développé, et ses sens question odeurs étaient très peu... aiguisés, contrairement à d'autres, comme l'ouïe par exemple. Il en versa un peu dans son autre main, celle qui ne servait à rien, et l'étala sur le dos de la jeune femme, voyant qu'elle ne réagissait pas. Si ça avait été un poison, elle l'aurait signalé.

* Comment peux-tu en être certain ? demanda le revenant avec un esprit de mesquinerie incroyable.
- Elle est peut-être une folie furieuse, elle n'est pas suicidaire, Nanard.
- Alors ça, je n'en mettrais pas ma main à couper. Les fous sont capables de tout.
- Tu diras ça à Mathilde, la prochaine fois qu'elle fera une crise. Je doute qu'elle se suicide.
- Mathilde, c'est différent, maugréa Léonard avec un drôle de revirement dans la voix. Elle n'est pas folle, elle est lunatique.
- Elle t'a surtout tapé dans l'œil !
- C'est même pas vrai ! Enfin... juste un tout petit peu...
- Eh, Nanard, Mathilde c'est ma patronne, et c'est presque ma grande-petite sœur. Alors revenons au sujet initial, veux-tu ?
- Ben, puisque tu y tiens... Mais moi, à ta place, au lieu de manger cette fille du regard, je ferais seulement gaffe à ne pas la tuer avec ses propres saloperies. Parce que, si jamais tu te rates et qu'elle survit, elle risque de te le faire payer cher...
- T'es con, Nanard. T'es un génie mais un con quand même. *

Il ne sembla pas vouloir répondre à David et se tut, vexé, comme à son habitude. David de Montreuil ne s'attarda pas sur ce détail, car il avait bien plus à faire. Il observa lentement la boursouflure qu'avait le dos de la jeune femme et trouva sa blessure tellement laide par rapport à son visage qu'il eut envie de soupirer, chose qu'il ne fit pas bien évidemment, et commença à tartiner l'entaille avec douceur. Il n'appuya pas sur la blessure avec ses mains mais tenta de recouvrit chaque millimètre carré du mal pour que les chances de guérir soient augmentées.

- Comment t'es-tu fait ça ?
lui demanda-t-il avec une douceur identique à celle qu'il avait usée jusqu'à maintenant, de sa voix grave mais suave en même temps.

Il rajouta une couche, frotta à nouveau en petits gestes circulaires, puis referma le flacon, se recula, et reposa le remède à sa place initiale, autrement dit la table minuscule de la cabine. Puis il la regarda d'un regard paisible mais impassible, comme s'il pensait des choses que jamais personne ne sauraient. En réalité, il ne pensait à rien, comme ça lui arrivait parfois, lorsqu'il faisait le vide dans son esprit. Mais il remarqua qu'elle lui parlait et il l'écouta, marquant son attention d'un sourire en coin discret.

- Tu comptes entraîner ces hommes ? Il ne t'écouteront pas, Ardance. Ils n'écoutent que les hommes qui ont des muscles plus gros que et... Mathilde, mais elle sort du lot, parce que tout le monde l'écoute, elle. Je ne sais pas comment elle fait, ça doit être une sorte d'autorité naturelle qui fait que sa voix a toujours su crier plus fort que celle des autres... Qu'en penses-tu ?

Il lui sourit, en songeant justement au fait que, en dehors des grands musclés et du capitaine du Belladona, il y avait quelques personnes en plus que l'on écoutait dans des silences quasi-religieux... Les généraux de la Résistance, bien évidemment et... lui. C'était d'ailleurs là que la jeune femme voulait en venir, car elle le dévisageait profondément en tentant de le convaincre. Elle poursuivit sa phrase, et il comprit qu'elle voulait son aide. Qu'elle en avait besoin, surtout, car sinon elle ne pourrait rien faire, et seule la violence tournée contre tout l'équipage lui ferait gagner de l'autorité... mais pas de l'amour, pas de la coopération, et pas de respect. Surtout, pas de confiance. Et pour Ardance, la confiance devait être une chose importante.

- Ce sont des matelots que tu as ici, Ardance, et des espions. Les guerriers, eux, sont regroupés en camps retranchés, en petits groupes, et crois-moi ils s'entrainent à la guerre bien mieux que tu ne peux le croire. Sur Le Belladona, les gens savent se défendre, sans plus. Mathilde a déjà demandé aux généraux de les entraîner, ils ont refusé tout net, parce que après, ceux-ci voudront peut-être rejoindre les Partisans. Je vois mal l'équipage abandonner Mathilde. Ils l'adorent, on dirait que c'est leur fille, ou leur mère, ou leur sœur, ou leur divinité. Parfois les 4 en même temps. Mais, tu sais, ici, nous avons pas mal de pirates, dans tous les sens du terme, si tu vois ce que je veux dire. Et leurs esprits sont un peu louches aussi, les marins ne sont pas des fillettes. Ils ne sont pas... aussi paisibles que moi, et surtout, pas aussi calmes que le capitaine Baudelaire. On ne dirait pas, comme ça, mais elle est d'une patience et d'une confiance monumentale. Si tu espères t'occuper d'eux, tu auras besoin de l'illégalité, du silence de Mathilde qui ne peut s'occuper de cette mission parce que les généraux l'ont tuée de boulot dans ce but justement, et de... moi. Outre le fait que je sois le seul pacifique, je suis aussi le seul qu'ils écoutent pour ce qui est de... bagarres en tous genres. Tu veux mon aide, Ardance ? Je te la donnerai bien mais... c'est un prêté pour un rendu. J'ai confiance en toi, et je veux que tu aies confiance en moi. Parfois tu regretteras cette parole, mais c'est une chose que je te demande en échange.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mer 2 Déc - 20:04

Je souris doucement quand David me demanda comment je m'étais fait cette blessure mais après sa réponse, je grogna, mon idée allait être compliquer à mettre en œuvre. La confiance est la base de toute équipe qui ne veut pas avoir de chef, avec cette confiance on sait la capacité de chacun et donc pas besoin d'une personne pour dire où va telle ou telle personne. David l'a bien souligné, ces matelots ne sont pas des tendres mais ils ont trop de manquement. Je ne veux pas être pessimiste mais si on se fait attaquer, a part Mathilde, David et moi on risque d'avoir beaucoup de blessé. Inconsciemment je me met en tailleur pour calmer mes nerfs. J'ai vraiment mal joué le premier round et ça risque de me poursuivre pendant encore longtemps, sur le bateau on me prend pour une folle.
En même temps je les comprends, en plus moi j'ai carrément ton passé, je peux juste te dire que tu es sacrément dérangé ma jolie.
Edith je t'es rien demandé.
En attendant tu as le beau brun qui continue de te dévoré du regard.
Tais-toi Edith tu m'énerve !
Reprenant pied avec la réalité et toujours avec aucune réponse en tête, je pense à sa dernière phrase. Certaine fois je regretterais d'avoir confiance en lui ? Je pourrais sortir la même chose mais temps qu'il ne revient pas sur ses paroles ça devrait aller.

-Tu m'as parlé de beaucoup de chose dans tous ça, comment je me suis blessé. Alalala longue histoire que je n'ai pas vraiment envie de te raconter. En résumé on a essayer de m'assassiner mais ça n'a pas réussie. Je veux bien de faire confiance, de toute façon je ne t'aurais pas raconté tous ses brides de mon passé si je n'avais pas confiance en toi. Je préfère te prévenir, pour ma la confiance se compte en instant présent, je m'en contrefiche de savoir quoique soit sur toi je me ferais ma propre opinion au fil du temps sur toi alors ce que je t'ai raconté tout à l'heure se sera surement les seules choses que tu sauras sur moi, enfin plutôt de mon passé. Les seules raison qui me poussent à vouloir entraîner les matelots c'est qu'ils ont beau être tout en muscle contre des gars des Partisans, ils s'en sortiront surement mais avec des blessures grave, voir mortelle pour les plus malchanceux, je peux les aider rien leur faisant travailler leur garde de corps à corps où truc pour se mettre hors porté des balles. Pour la plus part il ne faudra surement que quelques heures et le tour sera jouer. Si aussi je pouvais remonté dans leur estime ça ne me gênerais pas trop. J'ai carrément fais n'importe quoi à mon entrer. Mathilde m'avait énervé et dans ses cas là je suis plus instable, comme tu l'a préciser les matelots protège leur capitaine et ils ont voulu m'arrêter, j'ai frappé et je n'ai pas réfléchis. La plus part du temps j'arrive à me calmer sans trop de problème mais il faut croire que presque une semaine sans dormir n'arrange pas mon humeur.

Je respire un grand coup, moi qui d'habitude était si calme, j'avais l'impression que mes sentiments explosaient chacun leurs tour dans mon corps. Mes pensées étaient embrumé et je n'arrivait pas à réfléchir avec objectivité. La douleur dans le dos n'arrangeais rien. Je hais ne rien contrôler c'est horrible comme situation.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Jeu 3 Déc - 18:26

David de Montreuil dévisagea Ardance avec une sorte d'air suspicieux et inquiet, mais ne se prononça pas. Elle ne devrait pas programmer des choses aussi tôt à l'avance, pas avant d'être sûre de pouvoir faire ces choses-là. Elle devait penser aux premières options, aux première brèches dans les possibilités. Elle devait d'abord réfléchir à comment s'y prendre pour aborder les matelots. Car David, s'il avait dit qu'il l'aiderait, ne s'était pas engagé pour faire tout le boulot, oh non, bien loin de là. Il comptait l'épauler, diriger les matelots, les canaliser, et surtout éviter les morts. Mais pour ce qui était du reste, il ne faudrait pas mâcher tout le travail à la jeune femme, elle devrait faire des efforts aussi de son côté, et fournir assez d'énergie pour convaincre les marins. Lesquels, bien sûr, la détestaient déjà. Car s'attaquer au capitaine Baudelaire avant même de dire bonjour, c'était vraiment trop. Et ils gardaient cet incident dans la gorge, entre la toux et l'amertume. La colère pour certains, car elle avait aussi blessé Antoine, et assez profondément.

- Tu t'engages trop loin dans l'avenir et tu ne réfléchis pas à ce que tu dis. Écoute-toi, tu passes du coq à l'âne. Assis-toi, concentre-toi, et ne me répète pas des choses que je sais déjà. Quelle est la première chose que tu dois faire, d'après toi ? Au lieu de plonger dans tes remords ou dans ce qui pourrait t'empêcher d'avancer, pense plutôt à ce que tu dois faire dans l'immédiat. Tout de suite, maintenant, pour obtenir et leur confiance, et leur écoute. Je suis un allié, pas un serviteur. Ne crois pas les choses acquises, mais empruntées. Alors ? Que comptes-tu faire ?


* Tu es méchant...
- Même pas, je suis réaliste. Tu crois que les matelots vont m'écouter sous prétexte que je suis... moi ? Non. Il faut qu'elle fasse une part du travail, ils ne vont pas l'accepter aussi vite que ça.
- Tu lui donnes de faux espoirs, alors, en lui proposant ton aide ?
- Je ne t'ai pas dit que c'était cause perdue ! J'ai dit que ça prendrait du temps... Tu saisis la nuance ?
- Elle n'est pas du genre à baisser les bras, tu crois ?
- Je n'en sais rien. *


Et paisible, il croisa les bras sur sa poitrine et la regarda, sans bouger, en attendant qu'elle réagisse. Mais rester immobile pendant deux heures, c'est assez ankylosant pour les muscles et les articulations, alors il se décida à faire les cent pas dans la minuscule cabine, autrement dit deux pas aller, deux pas retour, et rebelote ! C'était une de ses manières de patienter en silence... Il pouvait aussi faire des assouplissements ou de entrainements de yoga, mais il n'en faisait pas beaucoup sur Le Belladona.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Dim 6 Déc - 15:47

Je le prenais pour un serviteur, allons bon je croyais pourtant David plus intelligent que ça. Aurait-il compris un seul mot de ce que je lui dit depuis toute a l'heure. Je soupire et prend ma tête entre mes mains. Est-ce qu'un seul humain sur cette stupide planète complètement détraqué me comprend, est-ce que il y en un seul qui ne veut pas dominé ni être dominé. Ma solitude me pèse, je vais finir par penser que je suis vraiment folle et que personne me comprend car ils sont tous sains d'esprit ou alors c'est l'inverse je ne sais pas mais ça me fatigue. Et j'ai surtout l'impression d'enchaîner bourde sur bourde depuis que je suis monter sur ce bateau, si ça se trouve monter sur le Belladona c'était aussi une connerie.

Tu m'as l'air bien décourager toi.
Tu fais dans l'ironie maintenant Edith, bien sur que je n'ai aucune raison d'être décourager, j'ai l'impression que j'ai parler pendant une heure pour rien, a peu près tout le monde me détestent, j'ai le capitaine sur le dos mais sinon tout baigne et toi ?
Je t'avais dit de te calmer mais tu ne m'as pas écouter !
Au dernière nouvelle Edith tu as pris possession de mon corps et je ne pense pas que c'était une idée lumineuse.

Je coupe la communication sans aucun ménagement, non mais ! C'est encore moi la propriétaire de ce corps au dernière nouvelle. Bref revenons au premier problème, je me suis peut-être avancer en parlant de l'entrainement des matelots. Je commence à me mordiller l'ongle du pouce. Mais j'ai comme même peur, on ne devrait pas les envoyer sur vers un combat parce qu'il reste sur Le Belladona mais on ne sait jamais alors pourquoi les généraux ne veulent pas les faire entrainer, le bateau est pourtant le principal QG, ils ne tiennent pas à Mathilde ou quoi ? Ils n'ont pas peur que certaines informations tombent entre les mains des Partisans, sont-ils complètement idiots ? Déjà que je n'aime pas l'idée que je vais devoir obéir à quelqu'un mais alors si je vois que c'est des fous furieux ça ne vas pas le faire et je vais surement être énerver. Ils faut réfléchir des fois merde et avoir de la jugeote c'est peut-être les premiers pas de la Résistance mais il y a des bêtises simple à éviter comme protéger le QG pas de bonne personne qui savent bien se battre et qu'on ne remarque pas trop comme ça personne ne sait que derrière il y a une organisation qui essaye de rester "secrète" façon de parler bien sure. Je garde toute ses questions dans ma tête, je crois qu'en plus d'espionner les Partisans je vais regarde de prêt la Résistance. La prochaine réunion qui se passe sur le bateau inviter ou pas je passe y faire un petit coucou et voir un peu qui sont les zigotos à la tête des résistants et leur dire de trois conseils aussi, le dire qu'une gaminer de 18ans en sait plus que eux en affaire de sécurité sera peut-être dur à leur faire avaler mais après tout je ne suis pas n'ont plus comme toutes les jeunes filles qu'on croise dans la rue. J'efface toute trace d'énervement de mon visage et laisse un sourire fleurir sur mes lèvres.

-Je pense que tu as raison et je vais laisser le temps tasser un peu les ... vagues que j'ai fait en arrivant. Je vais juste faire attention et ne pas les énerver encore plus après moi. J'aimerais parler à Mathilde mais je ne sais pas où elle est. Tu le sais toi ? Avec un peu de chance elle n'aura pas envie de me tuer dès que j'arriverais.

Parler à Mathilde, quelque chose me dit que ça va être dur. Enfin après je dis ça je ne dit rien moi.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Ven 11 Déc - 19:55

David n'était pas prêt à mâcher le travail de la jeune femme mais pas non plus à la laisser dans la tristesse, ou dans la sensation du travail inaccompli. Il la regarda avec compassion, et la vit parler un peu plus doucement, comme si finalement elle changeait d'avis, ou se morigénait... Choisissait-elle de se retirer, et de ne pas éduquer militairement parlant les matelots du navire ? Il voulait savoir... Puis elle continua de parler, et il comprit. Elle préférait attendre un peu. Et, en attendant, elle souhaitait parler à Mathilde... Ah, Mathilde ! Pourquoi donc tout revenait-il toujours à elle ! Viendrait-il un jour où personne ne prononcerait son nom ?

* Je rêve ou tu es jaloux du capitaine ?
- Oui, je suis jaloux, et alors ? Je t'en pose, des questions, moi ? Imbécile, va.
- Eh, zen, frangin, faut pas s'énerver comme ça, tu sais.
- Je suis zen ! Je suis toujours zen ! Rien que d'y penser ça m'énerve ! Et c'est de ta faute ! J'étais tranquille, avant que tu ne débarques pour faire des commentaires !
- Non, moi, je suis seulement ta conscience. Dis-toi que j'étais déjà là avant, mais que j'étais plus... silencieux.
- Alors, chère conscience, ta gueule ! *

David semblait toujours calme en apparence, mais il en avait assez que le monde demande ses conseils, à lui, bas de l'échelle, pour ensuite aller demander ceux de Mathilde, beaucoup plis importants, évidemment... Il l'adorait, elle était comme une sœur pour lui, mais des fois il avait réellement des envies de meurtre, et pas que.

- Oui, en effet, tu devrais aller voir Mathilde.

Sa voix était nettement plus sèche que d'habitude, mais ce n'était pas un changement énorme.

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Lun 21 Déc - 19:13

Sa réplique m'avait étonné, dans mon métier si on ne sait pas écouter on ne fait pas long feu, la voix de David était calme mais j'avais sentis, caché, une espèce de sècheresse. D'ailleurs c'était tellement insignifiant que je me demande si je n'ai pas rêver.

Tu n'aurais pas appris dans ton boulot à toujours te méfier de ces petits signes qu'on croit entendre ?
Mmm... c'est vrai mais bref, le plus important c'est qu'il faut que je parle à Mathilde.
Pourquoi ?

Je réfléchis, je suis rentrée dans la Résistance, ok. Le problème c'est que je n'ai aucune arme, rien nada à part mon poignard. Je n'ai pas de vêtement aussi et a part mon remède aucune trousse de premier secours. Je n'ai même plus mes vêtements que j'utilise en mission, ça veut dire que je n'ai aucun moyen de prendre beaucoup de chose sur moi car sinon se serai trop encombrant. J'avoue que là j'ai vraiment merder d'un bout à l'autre.

C'est toujours gentil de me répondre mais bref, tu ne m'as pas l'air en forme Ardance, tu es sûre que sa va ?
Moui t'inquiète, p'tite déprime.

Puisque le jeune homme en face de moi ne semble pas au top de sa forme, je vais le dégriser un peu. Je m'approche de lui et lève la tête, désavantage d'être petite, je souris avant de prendre la parole :

- Tu semble un peu énervé David, que t'arrive t-il ? Arrête donc de tourner en rond dans ma cabine ça ne sert strictement à rien. Je penche légèrement la tête sur le coté. Même si ça ne me plait pas je vais devoir informer Mathilde que je vais quitter le bateau pour quelques jours. Après tout je vais aller voir une de mes vieilles connaissances et il pourrait être utile à la Résistance. Autant la mettre au courant non ?


Spoiler:
 

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mar 22 Déc - 15:25

David vit le regard de la jeune femme s'assombrir, comme si elle discutait avec son esprit, Edith Piaf, et que ce qu'elles disaient la rendait triste. Il ne resta pas longtemps sur cette impression, puisqu'elle lui avoua qu'elle devait quitter le bateau dans les prochains jours, histoire de retrouver une ancienne compagnie. Il ne grogna pas, mais tout autre homme à sa place l'aurait fait, surtout avec une jeune femme comme Ardance.

- Je ne sais pas si tu es au courant, mais nous sommes actuellement en direction de Port Elizabeth, nous longeons les côtes africaines. Tu as dormi longtemps pendant le début du voyage, il nous reste tout de même une bonne quinzaine de jours avant notre arrivée, à cause des détours pour éviter d'éventuels poursuivants. Et nous repartirons ensuite bientôt pour New York. Où se situe ta vieille connaissance ? Pas en France, je l'espère. Parce que Mathilde refusera probablement de te laisser quitter Le Belladona à Port Elizabeth. L'aéroport de cette ville est dirigé par les Partisans, ils sauraient te trouver et donc nous trouver aussi. Elle ne te lâchera sûrement pas avant New York... Fin janvier, début février. Le temps de te trouver un vol sûr, nous aurons déjà une mission, du moins même séparés les généraux ne nous laisseront pas en paix, et il n'est pas obligatoire que ta connaissance se situe au même endroit...


* Je rêve ou tu l'enfonces ?

- Je suis réaliste. Ces arguments sont ceux de Mathilde et des généraux.
- Avoue qu'ils t'arrangent bien.
- N'importe quoi. *

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mar 22 Déc - 16:42

Donc si j'ai bien compris nous voguons vers Port Elizabeth. Je me demande si c'est pas un peu dangereux tous ça. Enfin c'est vrai qu'un bateau parmi tant d'autre ne devrait pas se faire remarquer. Quoique je me demande si un bateau comme le notre ne fera pas tâche avec tout les yacht privé que l'on va surement voir. Bref se n'est pas le plus important. Où est-ce que Rob à bien put s'installer. Car malheureusement je sens que c'est a port Elizabeth en plein dans le QG des Partisans qu'il est. Mais quelle conne et si il en fait partie ? Non, ça ne lui ressemble pas et comme je le connais il n'a pas dû se faire posséder. Il était au fond de sa grotte au moment du drame j'en suis sûre. Pourtant je ne peut cesser d'avoir un doute et si il était un ennemi, on dit que les Partisans ont été à la recherche de personne qualifier dans le milieu des science et de l'informatique. Rob est plus que qualifier pour le milieu de l'informatique. Mais je pense que se serait impossible, il est taciturne et quand on le dérange il ressembla à un ours en plus sachant que les Partisans veulent utiliser les esprit pour s'enrichir ou se genre de chose, ça ne doit pas vraiment lui plaire. Il aime bien parler à un interlocuteur qui sait se qu'il veut. C'est un peu pour ça qu'il m'aime plutôt bien. Et puis on ne peut pas le forcer, comme la plus part des personnes que je connais il a été élevé dans la rue ou presque, s'il a réussi à devenir informaticien c'est qu'il a trouvé la bonne adresse comme moi avec Law. Bon ok c'est sûre il est à Port Elizabeth, maintenant comment convaincre les autres pour y aller.

-Bon David je sens que ça va pas te plaire ce que je vais te dire. Il faut absolument que je descende de ce bateau à Port Elizabeth. Ma connaissance doit y être surement, j'en suis sûre à 99 %. Il n'est pas Partisans, enfin du moins ça ne lui ressemble pas, et en plus je suis certaine qu'il peut aider la Résistance. Et enfaite si il est a Port Elizabeth c'est que je pense que c'est la seule ville où il y l'électricité et un réseau, tu va pas me faire dire que les informations là-bas circule par lettre, ils sont beaucoup avancer technologiquement que nous. Sinon il y a Marakech mais une ville où on parle beaucoup des Dieux et où il fait chaud sa lui donne de l'urticaire. Il est hacker, le meilleurs je pense. Il a un petit côté kleptomane et quelque chose me dit qu'il est passé chez moi avant d'aller en Afrique, sa veut dire qu'il a surement des affaires à moi qui pourrait être utile en mission.

Respire à fond Ardance tu as parlé vite et d'une traitre ; tu as de la chance s'il a tout compris.
Très drôle Edith. Pour une fois tu aurais put faire une remarque constructive.

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*


Dernière édition par Camille de St-Brilleux le Mer 23 Déc - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David de Montreuil
Résistant | Je me renseigne, les infos sont miennes.

avatar

Possession de l'esprit : 20/11/2009
Localisation : Toujours là où on ne s'y attend pas.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Mer 23 Déc - 21:33

David écouta la longue litanie de la jeune femme, et il en conclut qu'elle avait parlé aussi longtemps pour... ne rien dire. Ou du moins, pour ne pas s'avancer davantage sur le chemin des explications, elle avait préféré parler de la vie de sa connaissance plutôt que d'être claire. Même si, dans le fond, il s'en fichait un peu, qu'elle se justifie ou pas : elle était libre après tout de faire ce qu'elle voulait, conneries ou pas conneries.

- Ne pense jamais connaître un homme ou une femme par ce qu'il était avant l'invasion des esprits, grommela-t-il. Mais si tu es sûre et certaine que la connaissance à qui tu vas rendre visite est à Port Elizabeth, je pense que ce n'est pas la bonne personne que tu cherches. Il y a là-bas des Partisans à tous les coins de rue. Ceux qui ne le sont pas le deviennent, il y a des recruteurs partout. On dit que là-bas, les hommes libres sont exilés, et que les Partisans sont toutes des marionnettes entre les mains de leur grand chef. A ta place, soit je n'irais pas m'aventurer vers chez ta connaissance, de peur qu'elle soit chez les méchants, soit j'irais la chercher ailleurs, là où elle a été envoyée. A moins que tu ne cherches un ermite ?

Il ne croyait pas si bien dire, apparemment.

* Laisse-la faire ce qu'elle veut, bon sang, David !
- Léonard, elle peut se faire prendre par les Partisans ! C'est ce que tu veux ?
- Elle est assez grande pour ne pas se faire choper, tu sais.
- Moi je crois surtout qu'elle est assez extravagante pour se faire remarquer. *

_________________

(c) Stella & (c) Ailesnoires ma coupineuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtic-island.forumzarbi.com/
Camille de St-Brilleux
Modo | L'ombre en train de saigner se cache derrière l'araignée.

avatar

Possession de l'esprit : 14/11/2009
Localisation : Dans un souffle de vent, cacher à ceux qui ne savent pas entendre.

& the past & the future !
Relations:

MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   Dim 3 Jan - 14:43

Au fil des mots de David, j'avais de plus en plus de mal à me contrôler. Franchement qu'est ce qui me retenait de lui mettre une jolie droite. Calme, il faut que je me calme. Respire. Sans vraiment m'en rendre compte je me jette sur David, je le plaque au sol et me place sur son ventre. J'approche brusquement sa tête de mon visage. Bon pour le calme je crois que c'est râper. Mon regard doit lancer des éclairs, comment ose-t-il dire une chose pareil. Je me met à parler du voix menaçant. Peut-être que je ne lui fais pas peur, qu'il restera impassible mais j'ai besoin de passer mes nerfs là.

-Que sais tu vraiment de ma vie David, je souffle menaçante, j'ai peut-être un nom de noble, surement un titre mais je n'ai jamais vécu dans la richesse. La seule chose qui est importante pour moi c'est la confiance, et ma confiance quand je la donne et bien quoiqu'il arrive tant que je n'ai pas une preuve qu'il ou elle m'a trahit je continue de croire en lui. Bien sûr après s'il est avec les Partisans je pense qu'il n'y resta pas longtemps puisqu'il reste de perdre la vie par un malheureux accident. Je me met à sourire méchamment. Tu sais t'es vraiment de plus en plus chiant, crois-tu vraiment pouvoir m'arrêter. Si je fais des conneries qu'est ce que je risque ? De me faire capturer par des Partisans ? Ils ont plus de chance t'attraper un éléphant rose que moi.

Je reste au même endroit un peu, je ferme les yeux pour essayer, cette fois, de me calmer pour de bon. J'y arrive plutôt bien. Je le regarde droit dans les yeux.

- Enfin après tu fais comme tu veux, si tu as décidé de me couver, tu va t'en mordre les doigts.

Bien décider à ce que cette conversation se termine, je me lève et me dirige vers ma porte. J'ai une autorisation à obtenir, plus pour la forme qu'autre chose, si on me l'interdit j'irais comme même alors...

_________________
La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.

Pierre Bottero



Avatar (c) Pomm merci !
Signature (c) Vivouille__*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cabine d'Ardance, attention ne pas rentrer danger de mort ! [David]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cascade en Danger de Mort..
» ATTENTION A LA BABICHE .... DANGER POUR VOS CHIENS
» Secret Défense † Danger de mort † Journal d'une Malefoy
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» ATTENTION => diffuseur d'huile essentiel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chronos is dead  :: Aujourd'hui, tout de suite | Hors RP :: & Le guerrier en armure n'oublia pas les présages. :: Bibliothèque RP-
Sauter vers: